fbpx



Menu

 

décoration sapin de noel hiver

Le graffiti, cette forme d’art autant décrié qu’adulé. Aujourd’hui grâce à sa forte évolution le street art est représenté au travers du graffiti. Cet art est principalement représenté par des dessins ou des inscriptions peints avec une bombe aérosol sur une façade, un mur, un toit… Souvent exprimé sur la voie publique pour pouvoir exposer ces véritables musées en plein air, les artistes utilisent le graffiti pour exprimer des messages. Cet art n’est pas encore compris de tous, et la plupart du temps cela vient du fait que le grand publique ne connaît pas l’origine du graffiti. Aujourd’hui on va comprendre comment et pourquoi le graffiti est né. Aussi de la naissance de Yep à Montpellier sur la partie graffiti évidement !

 

 

 

Les débuts : La préhistoire

Petit moment d’histoire. Le graffiti existe depuis la nuit des temps, en effet durant la préhistoire cette forme d’expression apparaît à travers des gravures ou des peintures qui ont permis de laisser une trace de l’humanité de l’époque. Animaux, civilisations humaines, habitations… Nombreuses sont les représentations inscrit sur les murs des grottes. Les premières bombes aérosol ressemblaient à de simples os creux dans lesquels ont soufflés des pigments afin de tracer des formes sur les murs.

 

 

 

Un bond dans le temps : Les années 1900

Petit saut dans le temps et nous voilà dans ce que l’on peut appeler l’air du graffiti moderne. Et contrairement aux idées reçues, le graffiti moderne n’a pas débuté à New York, mais bien à Philadelphie ! On pense souvent que le graffiti est né à New York dû à sa forte notoriété. C’est dans les années 1960 qu’un homme : Cornbread, déclare sa flamme à une jeune femme en graffant sa signature au travers de la ville. La presse locale s’en mêle et lui lance différents défis qui l’auront poussé à taguer un éléphant du zoo de la ville mais aussi le jet privé du groupe mythique qu’étaient les Jackson 5. Plutôt pas mal pour promouvoir cet art.

 

 

 

Guerre artistique 

En 1968 le graffiti arrive dans les trains Newyorkais et philadelphien et une véritable guerre artistique explose, chaque ville graffe des messages sur les wagons pour marquer son territoire et c’est grâce à ça que la culture du graffiti explose à New York. C’est dans le Bronx, Harlem ou encore à Brooklyn que le graffiti connaît une ascension fulgurante. On pourra également citer les villes de Chicago, Washington ou encore Los Angeles. Les graffitis sont nombreux : abris de bus, monuments, métros, façade de bâtiments, tout est bon à être graffé. Les graffeurs développent différents styles pour se démarquer. Le « bubblestyle » et ses lettres en formes de bulles ou le « wildstyle » avec ses lettres entremêlées sont deux exemples de styles utilisés à l’époque et encore de nos jours.

 

 

 

L’arrivée en France

Le street art et plus particulièrement le graffiti arrivent en France au milieu des années 1980. Les artistes aidés par la production massive de bombe aérosol s’approprient ces signatures. Ici aussi c’est dans les quartiers défavorisés que cette génération de jeunes commence à développer cet art pour exprimer leurs difficultés dans la vie due à leur classe sociale et la pauvreté qui les entours

La stratégie de ces jeunes pour faire parler d’eux est de reproduire en graffiti des images de la société impactantes, Ils font circuler grâce à leur graffiti les informations sur la société. A cette époque ils ne sont pas nombreux mais 3 noms se distinguent des autres : Blek le rat et Jérôme Mesnager et le premier graffeur réellement connu : Bando. Il reprend l’art des métros de New York pour les implantés en France. C’est le pionner du street art à Paris en 1987. Bando crée un nouveau style avec des lettres pointues et espacées. Il a ainsi sa marque de fabrique impressionnant les autres. Il a la capacité de s’exprimer avec des graffitis précis, simples, nets et lisibles au premier regard. On citera également JonOne ou encore Banksy qui était un artiste qui travaillé sous pseudonyme. Son véritable nom et son identité exacte sont inconnus et font toujours l’objet de spéculations. Selon les rumeurs il serait britannique et aurait débuté son activité dans les années 1990. Il faisait passer des messages à travers des graff liant politique,humour et poésie.

 

 

 

Le mélange avec le hip-hop et le rap

Dans les années 1980 le graffiti se mêle au hip-hop et au rap. Le public se rassemble pour mêler l’art de la musique et de la création visuelle. De nombreux lieux sont créés pour permettre de faire rêver le public. L’un des lieux historiques est le terrain vague de Stalingrad. C’est ici qu’un grand nombre de fans de ces disciplines se retrouvés. Grâce à tout cela de nombreux artistes sont nés. Pour ne citer qu’eux, on retrouve TSR crew, Assassin et le plus connu : NTM.

 

 

Finalement…

L’histoire du graffiti est donc bien loin de ce que la plupart des gens assimile à du vandalisme. Cet art est avant tout utiliser avec des mots. La calligraphie et le lettrage caractérise à merveille cette pratique. Le graffiti est en soit un codage unique à chaque artiste qui expérimentent continuellement de nouvelles techniques, imagine de nouvelles courbes, travaillent la précision de chaque geste et nourrissent le monde de leur créativité.

Le mouvement hip-hop fut l’assemblement de différents arts pour créer un spectacle unique. Ils inventent un art qui leur ressemble et qui les rend uniques. Ce phénomène a réuni de nombreuses personnes dans un même monde. Ce n’est plus de la dégradation mais une création a part entière.

Aujourd’hui le graffiti est assimilé à un travail de peinture. Plus qu’un art c’est une technique qui suscite un intérêt de professionnel qui veulent avoir une fresque unique. Ils existent une multitude de techniques utilisées mais celles de base sont restés. Les bombes aérosols sont aujourd’hui les principaux outils de l’artiste, elles ont su évolués dans le temps pour réalisés une œuvre plus précise à travers ses tracés.

Join

Déco plaisir